La médecine préventive, un levier de transformation écologique

La médecine préventive, un levier de transformation écologique

Dans un monde en constante évolution, la médecine préventive joue un rôle crucial non seulement pour la santé humaine mais aussi pour la santé de notre planète. En tant que discipline visant à éviter l'apparition des maladies plutôt qu'à les traiter après leur survenue, la médecine préventive offre des opportunités uniques pour une transformation écologique profonde. Ce lien, souvent sous-estimé, entre la santé publique et l'environnement pourrait bien être la clé pour résoudre certaines des crises les plus pressantes de notre époque. 

 

Qu’est-ce que la médecine préventive ?

La médecine préventive se concentre sur des mesures qui peuvent être prises pour prévenir les maladies et les affections, plutôt que de les traiter après qu'elles se sont développées. 

Selon le dictionnaire médical, la médecine préventive présente deux axes  d’action principaux : le conseil et le dépistage.

En termes de conseils, on trouve généralement une alimentation saine, une pratique sportive, des positions ergonomiques au travail, la prévention des conduites à risques, etc.

Le dépistage, quant à lui, peut être individuel, à l’initiative du patient ou de son médecin, ou collectif (« dépistage de masse »), organisé par des associations départementales.

La médecine préventive fait beaucoup appel aux médias pour des campagnes nationales d’information et de sensibilisation.


Quel est le lien entre médecine préventive et médecine écologique ?

La santé humaine est intrinsèquement liée à la qualité de notre environnement. L'air que nous respirons, l'eau que nous buvons, les aliments que nous consommons et les environnements dans lesquels nous vivons et travaillons ont tous un impact direct sur notre bien-être. Voici quelques exemples de cette interconnexion :

  • Pollution de l'air : Responsable de maladies respiratoires et cardiovasculaires (Gibelin, 2019).
  • Qualité de l'eau : Les contaminants peuvent causer des maladies gastro-intestinales et autres affections (OMS, 2002 et 2008).
  • Produits chimiques dans les aliments : Les pesticides et les additifs alimentaires peuvent contribuer à des maladies chroniques (INSERM, 2021).

 

L'impact des changements climatiques sur la santé

Les changements climatiques ont des effets dévastateurs sur la santé humaine, exacerbant les maladies existantes et en introduisant de nouvelles. Les vagues de chaleur, par exemple, augmentent le risque de déshydratation, de coups de chaleur et de maladies cardiovasculaires (Wight & Middleton, 2019 ; Diallo et al., 2021). Les changements dans les écosystèmes peuvent accroître la propagation de maladies vectorielles comme la malaria et la dengue. Les coûts directs des dommages à la santé sont estimés entre 2 et 4 milliards de dollars par an d'ici 2030 (OMS, 2023).

La médecine préventive peut atténuer ces impacts en encourageant des pratiques respectueuses de l’environnement – qui contribueront également à faire baisser les coûts, et en intégrant des mesures d'adaptation au changement climatique dans les politiques de santé publique. 

En quoi la médecine préventive est écologique ? 

La médecine préventive joue un rôle crucial dans la protection de l'environnement. En réduisant l'incidence des maladies grâce à la vaccination, à l'éducation sur la santé et à des mesures de dépistage précoce, elle diminue la nécessité de traitements médicaux intensifs et coûteux. Moins de malades signifie une réduction de l'utilisation de médicaments, dont la production, le transport et l'élimination ont un impact écologique significatif. De plus, la prévention des maladies transmissibles limite les besoins en équipements médicaux jetables, réduisant ainsi la quantité de déchets médicaux produits. 

Chaque année, un volume significatif de médicaments non utilisés est jeté, entraînant à la fois des pertes économiques et des impacts environnementaux. En France, la gestion des médicaments non utilisés représente un défi environnemental majeur. En 2022, l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) que les ménages français ont jeté environ 17 600 tonnes de médicaments non utilisés ou périmés, soit environ 260 grammes par personne

Au sein de La Tribu Happy Kids, nous avons à cœur d’accompagner la croissance des enfants de façon ludique, avec des outils écologiques, afin de prévenir l’apparition de maladies en promouvant de bonnes habitudes dès le début !

Les affiches de La Tribu Happy Kids, comme « Mon Rituel Brossage de Dents », permettent de rappeler aux enfants les bonnes étapes du brossage des dents, pour développer une hygiène bucco-dentaire évitant ainsi les problèmes orthodontiques. 

De même, « Ma Boîte Stop Tétine » et “Ma Boîte Stop Pouce” proposent une méthode développée par les professionnels de La Tribu Happy Kids pour faire arrêter la tétine ou le pouce en 10 jours dès 3 ans – évitant ainsi une prise en charge orthodontique longue et onéreuse dans le cas de béances ou malformations dentaires liées à la succion de la tétine ou du pouce.


La médecine douce et la médecine naturelle ont-elles leur place dans la médecine préventive ?

Il revient ainsi aux professionnels de santé de promouvoir la médecine douce et la médecine naturelle, en guidant leurs patients vers des pratiques nouvelles, plus respectueuses de leur corps et de l’environnement. 

Cependant, ces pratiques de la médecine douce et de la médecine naturelle doivent être encadrées par des professionnels. 

  • La médecine douce inclut des pratiques telles que l'acupuncture et l'ostéopathie. Elle se concentre sur l'harmonisation du corps et de l'esprit pour prévenir l'apparition des maladies.
  • La médecine naturelle met l'accent sur l'utilisation de remèdes dérivés de sources naturelles comme les plantes médicinales (phytothérapie), les minéraux, et les aliments, favorisant ainsi une approche holistique de la santé.

Ensemble, ces deux branches encouragent un mode de vie sain et équilibré, en visant à renforcer les défenses naturelles de l'organisme, réduire le stress, et promouvoir le bien-être général, jouant ainsi un rôle crucial dans la prévention des maladies avant qu'elles ne se manifestent. 

La protection de l’environnement, une bonne façon de prévenir les maladies

La médecine préventive peut jouer un rôle majeur dans la protection de l'environnement, et vice versa. Par exemple, la réduction de la pollution atmosphérique peut réduire l'incidence de l'asthme et d'autres maladies respiratoires. Chaque année, environ 4 millions de nouveaux cas d'asthme pédiatrique sont attribuables à la pollution au NO2, représentant environ 13 % de l'incidence mondiale de l'asthme​ (Tiotiu et al., 2020)

Les efforts pour assurer la qualité de l'eau potable peuvent prévenir les maladies gastro-intestinales. De plus, promouvoir une alimentation saine, riche en produits biologiques et locaux, peut non seulement améliorer la santé mais aussi réduire l'empreinte écologique de l'agriculture industrielle.


Quelles stratégies de médecine préventive pour une transformation écologique ?

A. Promotion des modes de vie durables

Adopter des modes de vie durables est essentiel pour la prévention des maladies chroniques telles que le diabète, l'hypertension et les maladies cardiovasculaires. Par exemple, promouvoir l'utilisation de moyens de transport non polluants comme la marche, le vélo et les transports en commun non seulement réduit les émissions de carbone mais aussi améliore la santé physique.


B. Alimentation et santé écologique

Encourager une alimentation basée sur des produits biologiques et locaux peut avoir un double bénéfice. D'une part, cela réduit l'empreinte carbone liée au transport et à la production alimentaire industrielle. D'autre part, cela diminue l'exposition aux pesticides et autres produits chimiques nocifs, réduisant ainsi les risques de maladies chroniques. Des initiatives comme les jardins communautaires et les marchés de producteurs locaux peuvent jouer un rôle clé dans cette transition.


C. Réduction des expositions toxiques

Les expositions à long terme à des produits chimiques industriels, comme les pesticides, les plastiques et les métaux lourds, sont liées à de nombreuses maladies chroniques, y compris le cancer. La médecine préventive peut œuvrer pour minimiser ces expositions par des réglementations plus strictes, la promotion de produits non toxiques et des campagnes d'éducation publique sur les risques associés aux produits chimiques courants.


D. Santé et énergie renouvelable

La transition vers les énergies renouvelables (solaire, éolienne, hydraulique) a des avantages majeurs pour la santé publique. La réduction de la dépendance aux combustibles fossiles diminue les polluants atmosphériques, qui sont une cause majeure de maladies respiratoires et cardiovasculaires. Les politiques de santé publique peuvent encourager cette transition par des subventions et des incitations fiscales pour les énergies renouvelables.


L'éducation et la sensibilisation comme piliers de la prévention

A. Éducation à la santé écologique

L'éducation joue un rôle fondamental dans la promotion de la médecine préventive et la durabilité écologique. Les programmes scolaires peuvent intégrer des modules sur la santé environnementale, expliquant aux jeunes les liens entre leurs choix de vie et la santé de la planète. De plus, les campagnes de sensibilisation publique peuvent informer les citoyens sur les moyens de réduire leur empreinte écologique et les bénéfices pour leur santé.


B. Formation des professionnels de la santé

Les professionnels de la santé doivent être formés pour comprendre et promouvoir les liens entre la santé et l'environnement. Cela inclut la capacité de conseiller les patients sur les choix de vie durables, de reconnaître les signes de maladies liées à des expositions environnementales et de plaider pour des politiques de santé publique qui favorisent un environnement sain. Les écoles de médecine peuvent inclure des cours sur la santé environnementale dans leurs programmes.


Exemples réussis de modèles de prévention pour la santé et le bien-être

A. Initiative Blue Zones

Les Blue Zones sont des régions du monde où les gens vivent significativement plus longtemps et en meilleure santé. Ces zones partagent des caractéristiques communes, telles que des régimes alimentaires principalement à base de plantes, une activité physique régulière et un fort engagement communautaire. Ces pratiques, qui sont en accord avec les principes de la médecine préventive, de la médecine éducative et de la durabilité écologique, montrent comment des choix de vie sains peuvent être intégrés dans les politiques publiques pour promouvoir une meilleure santé et un environnement plus sain.


B. Copenhague

Copenhague est un exemple brillant de la façon dont la planification urbaine peut promouvoir la santé et la durabilité. La ville a investi massivement dans les infrastructures pour cyclistes et piétons, réduisant ainsi la pollution et augmentant l'activité physique de ses habitants. Les initiatives de réduction des émissions de CO2 et la promotion des énergies renouvelables ont également contribué à faire de Copenhague une ville modèle en matière de santé publique et d'écologie.


La médecine préventive, en tant que discipline dédiée à la prévention des maladies, offre des outils puissants pour promouvoir une transformation écologique. En adoptant des modes de vie durables, en réduisant les expositions toxiques et en intégrant des pratiques respectueuses de l'environnement, nous pouvons améliorer la santé publique tout en protégeant notre planète. Les politiques gouvernementales, les initiatives communautaires et l'éducation sont des piliers essentiels pour réaliser cette vision. Alors que nous faisons face à des défis environnementaux sans précédent, il est plus crucial que jamais de reconnaître et de promouvoir les liens entre la santé humaine et la santé de notre planète. En fin de compte, une approche intégrée de la médecine préventive et de la durabilité écologique est non seulement bénéfique, mais indispensable pour un avenir sain et durable.


Pour plus de conseils de La Tribu Happy Kids, rejoins la tribu sur Instagram !


Sources

Diallo, T., Delpla, I., Keeling, M. & Bellefleur, O. (2021). L’évaluation d’impact sur la santé, un outil pour promouvoir des politiques climatiques favorables à la santé. Santé Publique, 33, 71-76. https://doi.org/10.3917/spub.211.0071

Gibelin, P. (2019). Pollution et maladies cardiovasculaires. Bulletin de L’Académie Nationale de Médecine, 203(3‑4), 201‑208. https://doi.org/10.1016/j.banm.2018.10.001

Giraudoux, P. (2019). Pour une médecine globale, préventive et écologique. Annales Africaines de Médecine, 12(4). https://hal.science/hal-02262156/

Grondin, M. A., Berges, A. S., D’Agrosa-Boiteux, M. C., Azais-Braesco, V., Tissier, M., Cassagnes, J., & Gerbaud, L. (2009). La prévention des maladies cardiovasculaires et des cancers dès l’école primaire:«Être & Savoir, l’école de la santé», évaluation d’une intervention sur 2207 enfants. Revue d'épidémiologie et de santé publique57(1), 52-61.

Inserm. (2021). Pesticides et effets sur la santé : Nouvelles données. Collection Expertise collective. EDP Sciences.

OCDE (2022), Management of Pharmaceutical Household Waste : Limiting Environmental Impacts of Unused or Expired Medicine, Éditions OCDE. https://doi.org/10.1787/3854026c-en.

Tiotiu, A. I., Novakova, P., Nedeva, D., Chong-Neto, H. J., Novakova, S., Steiropoulos, P., & Kowal, K. (2020). Impact of Air Pollution on Asthma Outcomes. International Journal Of Environmental  Research And Public Health/International Journal Of Environmental Research And Public Health, 17(17), 6212. https://doi.org/10.3390/ijerph17176212

Wight, J., & Middleton, J. (2019) Climate change: the greatest public health threat of the century. BMJ Clinical Research. DOI: 10.1136/bmj.l2371.

World Health Organization (2002). The world health report 2002: reducing risks promoting healthy life. Geneva : World Health Organization.

World Health Organization (2008). Health Statistics and health information systems: disease and injury estimates for 2004. Geneva : World Health Organization.

World Health Organization : WHO. (2023, 12 octobre). Changement climatique. https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/climate-change-and-health

Zuercher, B. (2022). Impact des médicaments sur l’environnement. Revue Médicale Suisse, 18(790–2), 1471–1473. https://doi.org/10.53738/revmed.2022.18.790-2.1471